Laboratoire de biologie & Centre de Ressources Biologiques

Le laboratoire du Centre Eugène Marquis réalise des examens de biochimie générale et spécialisée, d’hématologie d’hémostase et des immunodosages (marqueurs tumoraux, hormones).

Un laboratoire accrédité depuis 2003

Nous nous sommes engagés dans une démarche qualité, bien avant que celle-ci ne devienne obligatoire. Ainsi, le laboratoire est accrédité par le COFRAC depuis 2003, pour la réalisation de la plupart des analyses qu’il propose y compris la génétique somatique depuis 2017.

 

 

Laboratoire accrédité
N°8-1347

Portée disponible
sur www.cofrac.fr

 

 

La technique OSNA, une spécificité en Bretagne

La recherche de cellules tumorales dans les ganglions de drainage d’une tumeur mammaire est à ce jour systématiquement réalisée, en l’absence d’atteinte ganglionnaire cliniquement détectable, via l’analyse des ganglions sentinelles. Ces ganglions correspondent aux premiers ganglions de la chaine ganglionnaire axillaire qui drainent la tumeur mammaire. Ils sont retirés au moment de la chirurgie pour l’ablation de la tumeur. L’analyse de ces ganglions permet de statuer sur une atteinte ganglionnaire et en présence de cellules tumorales un complément de traitement peut être nécessaire.

Au laboratoire du Centre Eugène Marquis, nous utilisons une technique d’analyse sensible et rapide basée sur l’amplification moléculaire de la Cytokeratine 19 (exprimée dans les cellules mammaires, mais pas dans les autres cellules du ganglion) pour détecter les métastases ganglionnaires.

Cette technique dénommée OSNA (pour One Step Nucleic Acid Amplification) et commercialisée par la société Sysmex, permet d’analyser en 30 minutes un ganglion prélevé au bloc opératoire. Pour les techniques histologiques conventionnelles, le résultat final n’est généralement disponible que plusieurs jours après la chirurgie.

La technique OSNA, quantitative avec une bonne sensibilité, rapide et bien standardisée présente différents avantages. Ainsi, elle permet dans certains cas la réalisation d’un curage axillaire immédiat en présence d’une atteinte ganglionnaire ; ou encore la vérification de l’absence d’atteinte ganglionnaire dans les indications de reconstruction mammaire immédiate.

 

La signature moléculaire dans les cancers du sein

Un nouveau test disponible à Eugène Marquis depuis fin 2016

Lors de la prise en charge de certaines patientes atteintes d’un cancer du sein, les oncologues ont maintenant à leur disposition des tests moléculaires qui quantifient l’expression de sets de gènes dans la tumeur. Cela permet de mieux connaître le risque évolutif de la maladie pour mieux adapter les traitements, éviter notamment la chimiothérapie quand elle n’est pas utile.

La réalisation des signatures moléculaires peut modifier la décision thérapeutique dans environ 30% des cas, le plus souvent avec une désescalade. Cela permettrait d’éviter la chimiothérapie à 5000 femmes environ par an en France.

Ces analyses ne sont pas nécessaires pour l’ensemble des patientes et sont réservées à des situations où les données cliniques et anatomopathologiques ne permettent pas de statuer de façon formelle en faveur de la chimiothérapie ; il s’agit de tests pronostiques mais non prédictifs de réponse. Les résultats d’études prospectives sont encore attendus et des évaluations complémentaires nécessaires.

Le département de biologie du Centre Eugène Marquis réalise le test Endopredict de Myriad Genetics. Un score appelé EPclin, qui combine le résultat moléculaire, la taille de la tumeur et le nombre de ganglions envahis, permet de classer les patientes atteintes d’un cancer du sein RE+/HER- en deux groupes selon le risque de métastase à 10 ans.

 

Le statut MGMT

Un facteur prédictif de réponse à la chimiothérapie dans les glioblastomes

En cas de présence dans les cellules tumorales de la protéine MGMT, celles-ci répondent moins bien à la chimiothérapie par les agents alkylants, notamment le témozolomide. La régulation négative de l’expression de la protéine s’opère essentiellement au niveau de l’ADN par des phénomènes de méthylation. Il existe une forte corrélation entre le statut de méthylation du gène MGMT dans la tumeur et la réponse aux agents alkylants. Le laboratoire, via l’initiation d’une étude française multicentrique, a contribué à sélectionner les meilleures techniques d’analyse du statut MGMT dans les glioblastomes (Quillien et al, cancer Biomark, 2017 ; Quillien et al, oncotarget 2016, Quillien et al, J neurooncol 2014, Quillien et al, Cancer 2012).

Ce test est désormais réalisé en routine pour les patients.

 

 

La préparation et la conservation des échantillons biologiques

Des enjeux majeurs pour la recherche.

Le stockage et l’accès aux échantillons représentent des enjeux majeurs pour la recherche.

La plupart des protocoles cliniques visant à étudier l’efficacité de nouvelles drogues s’accompagnent d’études dites ancillaires afin de mieux comprendre les modes d’action des drogues et/ou trouver des facteurs prédictifs de réponse. Le laboratoire intervient dans les procédures de préparation des échantillons (allant de la simple centrifugation à des préparations plus complexes de type séparation cellulaire), de leur conservation et de leur envoi. Le respect de ces procédures dites pré-analytiques est fondamental pour assurer ensuite la qualité des résultats générés.

Une Biobanque pour les tumeurs mammaires a été mise en place dès 2003 au Centre Eugène Marquis. Cette Biobanque fait partie du Centre de Ressources Biologique (CRB) Santé de Rennes elle est accréditée selon norme NF S 96900. L’objectif est de collecter dans le respect des normes éthiques des échantillons qui seront disponibles pour la recherche afin d’améliorer les connaissances et les traitements des tumeurs mammaires.

Cette biobanque permet notamment d’alimenter les travaux de recherche des équipes de recherche présentes au Centre.