L’unité de lymphologie

La prise en charge précoce de votre lymphœdème permet d’éviter ou de limiter les complications. Même tardivement, cela a un intérêt.

  • Qu’est-ce que le lymphœdème ?

    Le lymphœdème est une pathologie chronique secondaire à un dysfonctionnement du système lymphatique. Il se manifeste le plus souvent par l’augmentation de volume d’un membre (bras ou jambe).

    Il peut être primaire, dû à une anomalie constitutionnelle du système lymphatique et apparaît donc plutôt chez les enfants ou les jeunes adultes.

    Il peut être secondaire, le plus souvent à la suite d’un traitement d’un cancer, et concerne donc des personnes plus âgées.

    Il est dû à une stagnation de la lymphe entrainant avec le temps l’apparition d’un épaississement de la peau et un dépôt de tissu graisseux dans le membre atteint.

    C’est une pathologie qui ne disparaitra jamais complètement. Son traitement est donc un traitement au long cours et a pour but de diminuer le volume du lymphœdème, l’assouplir, le contenir.

  • Une prise en charge spécifique

    Le but est de stabiliser le volume au long cours.

    Le traitement est basé sur de la kinésithérapie avec un professionnel ayant reçu une formation spécifique, et de la contention (bandage, orthèses sur mesures).

     

    Pour les petits lymphœdèmes :

    • Les séances de kiné consistent à réaliser un drainage lymphatique manuel ainsi qu’un travail tissulaire, et une mobilisation articulaire si nécessaire.
    • Le port d’une orthèse (vêtement compressif) va permettre de contenir le lymphœdème. Il s’agit de vêtements (bas, collants, manchons) spécifiques dont les modalités de port, de tissage ou encore de degré de compression doivent être établis en fonction de la gravité du lymphœdème mais aussi selon le mode de vie du patient.

     

    Pour les lymphœdèmes importants, le traitement repose sur deux phases (à renouveler 2-3 fois par an) :

    • Une phase de décongestion intensive, qui va permettre de travailler le lymphoedème, en utilisant un matériel spécial avec des bandes à allongement court, portées jour et nuit, et des exercices sous bandage, sur une période de 15 jours environ.

    Cette phase permet de diminuer la partie liquidienne du lymphœdème (diminution de 30 à 40% au max du volume) et de travailler sur la souplesse des tissus et donc de diminuer la fibrose.

    • Une phase de maintien permettant de conserver les acquis sous bandage.
      • Elle est basée sur la compression élastique le jour, associée le plus souvent à des auto-bandages la nuit ou l’utilisation de vêtement spécifiques de nuit.
      • Cette orthèse de contention doit être réalisée par un professionnel spécialisé : magasin orthopédique (orthopédiste-orthésiste), pharmacie (Diplôme Universitaire spécifique)
      • Cette compression élastique va subir une usure avec le temps et il est donc nécessaire de la renouveler régulièrement (tous les 3 à 5 mois) pour garder toute son efficacité. Ce traitement induit un certain coût, les compressions élastiques n’étant pas prises en charge entièrement par l’assurance maladie.

    C’est un traitement chronique demandant votre implication : vous êtes un acteur important dans la réussite de votre traitement. L’apprentissage des gestes (auto-bandage) et la connaissance de votre pathologie va vous permettre d’acquérir une autonomie, un confort et une liberté dans votre vie quotidienne et d’éviter une aggravation de votre lymphoedème.

    Le lymphœdème peut avoir un impact sur le moral ; une aide psychologique peut être nécessaire. N’hésitez pas à solliciter de l’aide (psychologue, associations comme l’AVML, lymhopbreizh, par exemple).

    AVML Lymphoedème – Association Vivre Mieux le Lymphœdème

    LYMPHO BREIZH

  • Des Centres de rééducation avec Unité de lymphologie

    Pour les lymphœdèmes sévères, une prise en charge dans une unité spécifique peut être recommandée.

    Une consultation préalable sera nécessaire avant l’organisation d’une hospitalisation sur 1 à 3 semaines avec prise en charge spécifique, ateliers d’éducation thérapeutique et activité physique adaptée.

     

    Exemples de structures spécialisées :

    Centre La Tourmaline, à St Herblain :

    Hôpital Cognac Jay, à Paris : http://www.hopital.cognacq-jay.fr/l-offre-de-soins/la-lymphologie.php

    CH des Andaines, à la Ferté Macé : https://ght-collinesdenormandie.fr/les-consultations/lymphologie/

    Centre Les Capucins, à Angers : http://www.les-capucins-angers.fr/ssr-adultes.html

  • Des Centres de cure thermale avec programme lymphologie

    Des cures thermales spécifiques peuvent vous être proposées dans le cadre de votre phase d’entretien.

    • Argelès-Gazost : https://www.thermes-argeles.fr/les-cures/traitement-du-lymphoedeme
    • Luz St Sauveur : https://www.thermesdeluz.fr/cures-thermales-lymphologie–1.html
    • etc …
  • Les complications d’un lymphœdème

    Le lymphœdème, s’il n’est pas pris en charge correctement, peut se compliquer :

    • Complication infectieuse : érysipèle = infection bactérienne des tissus cutanés.

    Les symptômes :

    Rougeur, douleur, gonflement, chaleur locale, fièvre, frissons.

    Avec potentiellement un point d’entrée de l’infection (plaie)

    Vous devez alors consulter un médecin le plus rapidement possible, pour mettre en place un traitement.

     

    Le traitement :

    Est basé sur la prise d’antibiotiques et le traitement de la porte d’entrée de l’infection.

    Pendant la phase aigüe de l’infection, le drainage lymphatique manuel est contre-indiqué, par contre s’il y a besoin de faire des bandages, cela peut être mis en place rapidement selon la tolérance.

     

    La prévention :

    Se base sur la prise en charge spécifique du lymphœdème, une bonne hygiène cutanée (bonne hydratation de la peau, nettoyage et surveillance de toute plaie du membre) et éviter toute agression extérieure (blessures, piqures etc…),

     

    En cas d’érysipèle récidivant, une antibiothérapie au long cours, préventive, peut être mise en place par votre médecin.

     

    • Fibrose(votre œdème devient alors plus induré, avec difficulté de faire un pli de peau)
    • Augmentation de volume par augmentation du tissu graisseux, voire progression sur le reste du membre
    • Difficulté de mobilisation et douleur articulaire (exemple de l’épaule dans le cadre d’un lymphœdème du membre supérieur)
  • Prévention des complications
    • Votre poids : le surpoids, l’augmentation du poids, les fluctuations, favorisent l’augmentation du lymphœdème
    • Une bonne hygiène cutanée pour éviter les infections, sources de déséquilibre du lymphœdème
    • L’activité physique adaptée