Pionnier breton de la radiothérapie du sein asservie à la respiration – le CEM compte plus de 500 patientes traitées depuis 2012

À la pointe de l’innovation technologique, le Centre Eugène Marquis a été parmi les premiers établissements en France à proposer la radiothérapie asservie à la respiration (RAR) pour traiter le cancer du sein gauche, il y a dix ans. Cette technique consiste au blocage de la respiration lors du traitement pour limiter la dose d’irradiation au coeur.

Alors que les établissements bretons commencent à s’équiper, le département de radiothérapie du Centre Eugène Marquis compte plus de 500 patientes ayant bénéficié de cette technique, avec un recul suffisant pour attester de son efficacité. Il vient d’investir début 2022 dans un nouveau système d’ambiance lumineuse en salle de traitement, pour guider les femmes dans le blocage de leur respiration.

 

Qu’est-ce que la radiothérapie asservie à la respiration ?

Le parcours de soin d’une femme atteinte d’un cancer du sein l’amène quasi systématiquement à de la radiothérapie, pour prévenir le risque de récidive. Dans le cas d’un cancer latéralisé à gauche, le traitement entraîne une inévitable irradiation du coeur qui est proche de la paroi thoracique traitée. La technique de radiothérapie asservie à la respiration permet de réduire la toxicité cardiaque en éloignant le coeur du sein par l’expansion pulmonaire. « Concrètement, la patiente est allongée sur le dos et elle remplit ses poumons d’air par une profonde inspiration. Puis elle bloque sa respiration durant environ 20 secondes, le temps de l’irradiation. Cette manoeuvre est répétée à chaque faisceau de traitement pendant une même séance de soin, soit de 2 à 4 faisceaux. Entre chaque, la patiente reprend une respiration normale », explique Fanny JOUYAUX, Physicienne Médicale au Centre Eugène Marquis.

Des caméras surfaciques détectent et suivent les mouvements de la surface du thorax lors de la respiration et en temps réel. Ce système indique à la patiente lorsqu’elle est dans la bonne zone de blocage respiratoire. En cours de traitement, si nécessaire, une coupure automatique du faisceau s’établit lors d’un blocage respiratoire non conforme et ce, pour garantir un acte hautement sécurisé.

 

Début 2022, installation d’un nouveau système d’ambiance lumineuse en salle de soin

Pendant longtemps, les patientes ont été équipées de lunettes connectées qui leur indiquaient visuellement le bon moment pour bloquer leur respiration. Puis des tablettes numériques ont remplacé ce dispositif peu confortable. Début 2022, le Centre Eugène Marquis a investi dans un système d’ambiance lumineuse, couplé aux caméras surfaciques, pour guider les patientes. La salle de traitement est baignée d’une lumière bleue, verte ou rouge selon le positionnement de la patiente :

  • Bleue pour une respiration normale ;
  • Verte lorsque la patiente est en inspiration profonde (zone de blocage) ;
  • Rouge lors d’une inspiration trop profonde.


Ce dispositif novateur gagne en simplicité et en douceur pour les patientes.

Le traitement par radiothérapie asservie à la respiration est soumis à des critères d’éligibilité liés à la localisation du cancer présenté, l’anatomie de la patiente, sa capacité à tenir en apnée et son âge puisque les éventuels effets de la toxicité cardiaque n’apparaissent généralement qu’au bout de 10 à 15 ans. Au Centre Eugène Marquis, 1/3 des cancers du sein gauche bénéficient aujourd’hui de cette thérapie de pointe.